Langue active :FR

  • Imprimer

Le village canadien

Le village de caravanes de Chesny abritait 25 familles canadiennes. Puis les Français ont transformé les caravanes en chalets habités.

Quand les militaires canadiens ont pris possession du château de Mercy, ils sont venus avec leurs familles et ont d’abord été logés dans des camps de caravanes, des trailer parks , à Peltre, Grigy et Chesny.

Puis les familles ont été regroupées dans des bâtiments neufs construits pour eux à Metz-Bellecroix, utilisant les roulottes pour passer leurs week-ends. L'ancien maire de Chesny, où se trouve le village de la feuille d’érable Mapel Leaf Village, Patrick Gérum explique : « Ces 25 familles ont eu d’excellents rapports avec les habitants. Ils organisaient des fêtes de Noël, couvrant de cadeaux les enfants du village. » Quand De Gaulle les a chassés, les Canadiens de Chesny ont laissé leurs caravanes avec vaisselle et mobilier. Des Mosellans ont occupé ces habitations et ont créé une association pour racheter le terrain du trailer park au paysan qui le louait aux Canadiens.

L’association de propriétaires a déterminé l’indivisibilité du terrain. Petit à petit, les conditions de vie se sont dégradées dans les pavillons rudimentaires, exemptés de taxe d’habitation et en 1991, le village canadien a été déclaré zone insalubre en raison du manque d’assainissement. Le maire de l’époque a voulu viabiliser les parcelles mais les familles de l’association se sont farouchement opposées à la vente du « village ».

La municipalité a décidé de racheter petit à petit les terrains, usant à chaque vente de son droit de préemption. Le nouveau plan local d’urbanisme va permettre de rendre la zone constructible. Un projet qui vise à terme un lotissement en dur. Marie-Paule Duhr, conseillère municipale de Chesny, habite l’un des caravanes. Elle a reçu la visite en avril 2018 de la famille Eakins, qui avait vécu au village.

Autour de la caravane, des murs ont été ajoutés formant une habitation agréable à vivre. Au fur et à mesure, les caravanes ont été rasées. Il reste actuellement six familles dans six chalets. Le nouveau lotissement qui garde son nom proposera 30 parcelles avec des habitations sur des terrains d’environ 5 ares. Les chalets salubres resteront mais il ne sera plus possible d’en reconstruire.

Dernière mise à jour le 01.07.2019

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?